• François Goulet: Des jardins familiaux plutôt qu'un parc photovoltaïque


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Marcell
    Samedi 5 Mars 2011 à 16:48

    seul au monde...-)

    2
    Bleuet61
    Lundi 7 Mars 2011 à 18:01

    les jardins familiaux, excellente idée !

    3
    CARTIER
    Mardi 8 Mars 2011 à 14:47

    Monsieur GOULET, Bonjour,


    Il faut simplement imposer de construire une centrale agri-photovoltaïque AgriPV+ qui, sur une même parcelle rend compatibles et associées les activités agricoles et photovoltaïques en :


    Satisfaisant les préceptes du Développement Durable


    Pratiquant des cultures bio à haute valeur ajoutée : maraîchage, plantes aromatiques et médicinales, plantes porte-graines. La pratique culturale est confiée aux CAT, ESAT et Assocs de réinsertion locales pour procurer du travail à plein temps et pérenne aux plus nécessiteux d'entre nous ( préparation des plants et des plantes, culture, séchage et ensachage)


    Récupérant et redistribuant les eaux de pluie


    Respectant l'environnement avec des haies fleuries et à baies qui cachent la centrale et qui nourissent les oiseaux et abeilles


    Disposant de modules pédagogiques pour tous les niveaux sur la production d'électricité de toutes origines et les goûts et saveurs


    Offrant les ingrédients d'un tourisme rural du type Eco-tourisme procurant quelques activitées pour la commune accueillante


    Le système AgriPV+ est breveté et l'exploitation est réalisée en exclusivité par le Groupe ESBD-ESBIM


    contact@esbd-esbim.com


     

    4
    M.T.
    Mardi 8 Mars 2011 à 15:43

    Il n'existe pas, heureusement d' "Assocs de réinsertion locales". Celles-ci ne procurent en général pas "du travail à plein temps" mais à mi-temps (mi-SMIC) et encore moins "pérenne" car il s'agit de CDD dérogatoires au code du travail (pas de prime de précarité, par exemple.

    En outre, ces salariéEs sont soumis la plupart du temps au régime du travail obligatoire puisque ce sont des inscritEs à Pôle emploi qui n'ont pas le droit de refuser un des ces contrats sinon ils perdent leurs indemnités de chômage.

    Si ce travail était si valorisé, pourquoi faire appel à des organismes "spéciaux" plutôt que de créer de vraies sociétés qui pourraient fonctionner avec des volontaires qui seraient organiséEs en coopératives?

    5
    François Goulet Profil de François Goulet
    Mardi 15 Mars 2011 à 18:40

    Nous vous remercions, vous, tous les internautes qui visitez notre blog et commentez les rubriques. Vous créez de véritables bases de débat pour ces élections cantonales, preuve que dans ce canton, les idées sont bien là, et qu'avec de la concertation, elles pourraient demain être mises en place.

    Le développement de notre canton doit découler de ces idées et être approuvé par le plus grand nombre de nos habitants. Exemple: le lotissement de la commune de Mâle, au lieu d'être confié à un promoteur immobilier privé, aurait dû faire l'objet d'une étude d'un éco-quartier, avec des habitations à basse consommation (20 euro de chauffage par mois pour 80 mètres carrés). Celles-ci seraient accessibles pour des foyers modestes soit en location, soit en accession à la propriété. De plus une exonération de taxes foncières pourrait être envisagée pendant un certain nombre d'années. C'est une piste à étudier; cela existe dans d'autres départements; pourquoi pas chez nous?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :